All posts filed under: Lifestyle

Be Happy !

Il y a un an, ma vie était bien différente d’aujourd’hui, pas uniquement dans sa forme, mais également sur le fond. Je veux dire par là que j’ai beaucoup changé – certains diront que j’ai mûri – moi je pense juste qu’à un moment donné, je suis arrivée à un tournant de ma vie qui m’a fait me poser les bonnes questions… On dit souvent de moi que je suis une boule d’énergie et que je suis toujours de bonne humeur. Pour ne pas vous mentir : c’est totalement vrai. Je fais en sorte de me lever de bonne humeur et de me coucher de bonne humeur. Mais je n’ai pas toujours été ainsi, bien au contraire. Étant donné que je n’ai pas beaucoup confiance en moi – qu’il s’agisse de mon physique ou de mes compétences / capacités – j’ai longtemps été une grande stressée avec un « caractère de merde » [excusez-moi la vulgarité mais clairement c’était vraiment ça…]. Pendant longtemps, je pouvais pleurer ou m’énerver pour un détail, c’était très souvent et très facilement …

L’engrenage de la perte de poids…

Aujourd’hui, j’ai subi un coup de massue quand un de mes amis à « liker » des photos de moi sur Facebook. Ces photos, ce sont celles que je vais vous mettre dans cet article, elles datent toutes de la même période… Il y a un an et demi – deux ans, quand j’ai lancé mon compte Instagram et ce blog… Cette période où je faisais Weight Watchers et où j’était totalement obsédée par la perte de poids… A l’époque de ces photos, au cours de l’année 2015, je me sentais grosse, avec des grosses cuisses, des gros bras, des grosses joues… A l’époque, je pense que j’avais vraiment de la méga merde dans les yeux… Mais également dans les oreilles. Oui parce que mes proches, mes collègues et même des lecteurs n’arrêtaient pas de me dire que j’étais un peu trop maigre [pas mince, mais bien maigre] et que je devais vraiment arrêter de faire Weight Watchers et de perdre du poids… Mais dans ma tête, ce n’était pas encore assez, je me sentais toujours mal dans ma …

Et si on apprenait à s’aimer ?

Je suis trop petite. Je suis courte sur pattes. J’ai un gros cul. J’ai des grosses cuisses. J’ai des poignets d’amour. J’ai des gros bras. Je suis trop gentille. Je suis trop naïve. J’accorde trop vite ma confiance. Je n’ai pas assez confiance en moi. Je suis introvertie. J’ai peur de l’inconnu. Je suis impulsive. J’ai un mauvais caractère. Je suis têtue. J’ai…Je suis…On se trouvera toujours imparfait avec une liste de défauts qui s’allonge au fil des années, voire au fil des jours… Plutôt que de passer mon temps [ma vie] à essayer de vaincre mes défauts et à les éliminer, j’ai décidé de cohabiter avec eux jusqu’à les aimer ou les oublier. J’ai déjà perdu trop de temps à essayer de “corriger » mon physique, à rectifier le tir de mon métabolisme, de la nature. Et je ne vous parle pas de ma personnalité : j’ai essayé d’être une autre, de ne plus avoir ses traits de personnalité qui me font défaut auprès de mon entourage… Mais finalement, pendant tout ce temps, je n’étais …

L’équilibre, le vrai…

Après une longue absence de deux mois ici, je me décide enfin à reprendre du service. Et ce n’est pas avec un article sur le sport ou ma routine alimentaire, que je reviens. C’est plutôt avec une sorte de « billet d’humeur ». 2017 n’a pas commencé comme je l’aurais imaginé et beaucoup de choses sont venues chambouler mon quotidien, qui m’ont fait me poser les bonnes questions. Pour ces raisons, pendant quelques temps, j’ai un peu délaissé le sport et la bouffe « healthy » au quotidien ; je n’en avais tout simplement pas le temps et pas l’envie [oui parce que c’est quand même une question d’envie, puisqu’il paraît que quand on veut, on peut…] et, ce n’était tout simplement pas ma priorité. Parfois quand on est enfermée dans sa bulle de « faire du sport à 100 à l’heure », « garder la ligne à tout prix », « avoir des abdos en béton », « être la meilleure version de soi-même physiquement », on ne se rend pas forcément compte que l’on passe à côté de beaucoup de choses. Jusqu’à il y a quelques mois, …

Au revoir 2016, bonjour 2017 !

Ça y est, c’est déjà le dernier jour de l’année 2016 ! C’est dingue, mais plus les années passent et plus les années passent vite. Encore une fois, je ne l’ai pas vu passée. Et pourtant, il s’en ai passé des choses cette année ! Revenons donc sur mes objectifs de l’année 2016 et voyons si j’ai réussi à les atteindre ou pas [je préfère parler d’objectifs plutôt que de résolutions]. Il s’agit d’objectifs autant sur le plan sportif que personnel et professionnel : – Acheter une maison : je dirais check car nous n’avons pas acheté cette année, mais c’est pour la simple et bonne raison que les parents de mon amoureux sont partis 3 ans à Mayotte et nous avons récupéré leur maison en attendant [et donc on économise pour notre maison justement !]. – Reprendre mon permis de conduire : check ! J’ai mis le temps mais depuis le mois de novembre, j’ai repris les heures de conduite toutes les semaines et j’espère avoir le permis de conduire en 2017 ! Ça serait une belle …

Plus jamais en retard !

Pendant très longtemps, j’étais la Reine de la ponctualité (oui, avec un R majuscule) et puis, au fil des années, plus je prends de l’âge, et moins je suis à l’heure. Soit, c’est une question d’âge, soit c’est une question de partenaire. Non parce que je vis avec le mec le moins ponctuel du monde, je vous le jure ! Il n’est JAMAIS à l’heure ! Alors, je ne vous parle même d’être en avance. Au début de notre histoire, c’est certainement le point qui m’exaspérait le plus… Je ne comprenais pas comment on pouvait être tout le temps à la bourre… Quand nous avons emménagé ensemble, étant donné que nous travaillions encore au même endroit, ses retards avaient donc des répercutions sur moi, bien que ce ne soit pas un point sur lequel mon entreprise soit très regardante (tant que le travail est fait, c’est le principal. Et puis, je suis du genre à faire des heures supplémentaires sans compter 😃 ). La grande organisatrice que je suis, maîtresse de sa vie, ne supportait pas …

Little Automn

Tout comme j’aime l’été pour un tas de bonnes raisons [les vacances, le soleil, le break estival, les jours à rallonge, les barbecues, les pêches, les mangues, les gens contents…], j’adore l’automne. Preuve de la fin de l’été, trop souvent cette saison est synonyme de déprime saisonnière. Mais pourquoi au juste ? Pourquoi n’être heureux qu’en été ? Pourquoi être triste dès que le soleil est égoïste et ne vient pas nous saluer ? L’automne ne me rend pas triste, pauvre petite saison mal-aimée… L’automne, ce sont les feuilles qui changent de couleur et qui commencent à tomber pour colorer nos rues de belles nuances orangées. Dites-moi que le paysage n’est pas beau en automne ? Ça réchauffe les coeurs, malgré les températures qui baissent. L’automne, c’est l’occasion de changer de garde-robe : on sort sa petite veste mi-saison et son nouveau pull à la mode, ses bottines, ses plus belles paires de collants. L’automne nous permet de laisser la jupette estivale pour une robe un peu plus épaisse et plus habillée, qui nous va à la perfection… …

Mes coups de coeur de la rentrée

Aujourd’hui, je reviens vers vous avec un article différent de d’habitude mais que j’ai envie de mettre en place sur mon blog depuis plusieurs mois. Mais, faute à pas de temps, je ne vous le propose qu’aujourd’hui. Toutefois, j’espère pouvoir vous proposer ce type d’articles chaque mois, afin de vous faire découvrir mes coups de coeur du moment. Vous aurez l’occasion de voir que mes coups de coeur se portent sur un tas de choses : d’un produit alimentaire à un ustensile en passant par un compte Instagram, un blog ou encore un livre… Il y aura de tous et pour tous les goûts, une occasion supplémentaire, pour vous aussi, de me partager VOS coups de coeur en commentaires. Parce que, si j’aime blogguer, c’est avant tout pour l’échange que j’ai avec vous, ici ou sur mes divers réseaux sociaux. Allez c’est parti [je vais essayé de bien organiser mon article, afin d’être un minimum cohérente et puis, pour que vous alliez voir ce qui vous plaît]. I – Coup de coeur « Dans mon assiette » …

Toujours trop…

Trop grosse. Trop mince. Trop maigre. Trop musclée. Trop flasque. Trop…Trop…Toujours trop… À vos yeux, ou pire, aux yeux des autres, il y aura toujours un « trop » qui traîne. Par inquiétude, par mégarde, par jalousie ou juste par méchanceté (hélas), nous ne serons jamais assez bien aux yeux de tous. Il y en aura toujours quelqu’un pour vous dire que la personne que vous êtes devenue n’est pas aussi bien que la personne que vous étiez hier, malgré vos efforts pour [justement] vous améliorer. Quand j’ai décidé de perdre du poids, il y a 2 ans maintenant, c’était pour moi, suite à un constat que je m’étais fait à moi-même. En suivant ma détermination et en sachant bien la personne à laquelle je souhaitais ressembler, j’ai réussi à perdre le poids que je souhaitais (14kg) en à peine 8 mois. Je me sentais vraiment bien dans ma peau… Puis, autour de moi, il y a eu du bruit au sujet de ma perte de poids : « Elle est malade », « Elle ne va pas bien », « Elle déprime ». …

Je me présente : je suis la « listeuse »

Qualité ou défaut, je suis organisatrice et je n’aime pas les imprévus. Enfin…les surprises j’aime bien hein, les imprévus positifs également, je parle surtout des imprévus qui m’empêchent de faire quelque chose que j’avais prévu (en même temps, c’est le but d’un imprévu…). Parce qu’il faut le savoir, même tous mes proches ne sont pas tous au courant, je fais des listes à longueur de journées (mon application préférée sur mon ordinateur s’appelle d’ailleurs « Todoist »…) Des listes d’objectifs à atteindre sur le court terme (cette semaine, ce mois-ci…) ou le long terme (cette année, dans ma vie…), des listes de tâches à accomplir (dans ma vie quotidienne ou au travail), des planning de choses à faire, des listes de courses, des listes de bonnes habitudes à prendre ou de mauvaises à ne pas prendre. Bref, je suis une « listeuse ». Je fais tellement de choses, que si je ne m’organise pas je sais que je vais oublier le plus important. D’ailleurs, vous pouvez demander à mes amis ou même ma famille, il n’est pas rare que, lorsque j’oublie …