All posts filed under: Running

Courir son premier marathon à 25 ans, c’est pas automatique

Quand on se plonge dans les réseaux sociaux et les billets de blog  des runneurs et runneuses, on croirait que courir son premier marathon à 25 ans est quelque chose de tout à fait normal et accessible à tous. Bah oui, il paraît que quand on veut, on peut ! Pour le coup, à mes yeux, c’est totalement faux et c’est une illusion donnée par Instagram et ses travers. Alors oui, cette année, j’ai pris la folle décision de courir mon premier marathon. Sauf que comme vous venez de le lire, c’est une décision totalement folle. Sérieusement, quand je discute avec des coureurs expérimentés, avec de la bouteille derrière eux et les performances de malade qui vont avec, je vous assure que ce que je m’apprête à faire est totalement fou, voire irresponsable… Faire subir un marathon à son corps et encore plus à mon âge, ce n’est pas rien… Et je suis plutôt d’accord avec ces affirmations. Bien entendu, ce n’est pas pour autant que cela m’arrête et que je ne compte pas relever le …

Retour sur la Odlo Crystal Run 2017

Que l’on mette tout de suite les choses au clair : j’avais détesté la Odlo Crystal Run 2016 et je ne comptais pas du tout la refaire cette année. Pourquoi je l’ai détesté ? Pour la simple bonne raison qu’une course qui devait être une partie de plaisir, de fun et de no stress s’est transformée en une course que j’ai totalement subi l’année dernière… Alors que j’avais dit que je ne chercherai pas à « performer » sur une telle course, j’avais quand même en tête de « taper dedans »… Eh bien, cela m’a fallu de partir beaucoup trop vite et de me blesser aux 5ème kilomètre… Bravo Amandine… J’avais encore l’adducteur fragile de ma blessure de juillet 2015 et cette course et mes erreurs de pseudo débutante m’ont fallu de repartir pour 3 mois de blessures… En plus, c’est bien connu, j’adore avoir mal à l’adducteur, j’avais adoré cette période, alors ça commençait à me manquer. Ou pas. Enfin voilà, j’en gardais un TRÈS MAUVAIS souvenir et je ne l’avais pas mis dans mon planning de courses …

Compte rendu de course : les 20 km de Paris 2016

Comme je n’ai cessé de vous le répéter depuis des mois, ou même depuis l’année dernière en fait, les 20 km de Paris est l’une des courses que j’ai le plus aimé depuis que je cours [ok, en 2 ans, je n’ai pas forcément beaucoup beaucoup de courses à mon actif, mais tout de même], pour ne pas dire LA course que j’ai le plus aimé. D’ailleurs, si vous ne le saviez pas, je vous invite à relire mon article « En route pour les 20 km de Paris 2016 » où je vous expliquais très bien les choses, car aujourd’hui, je vais juste vous faire un beau compte rendu des 20 km 2016 🙂 La veille : à la recherche du bonheur Habituellement, la veille d’une course, je stresse comme une malade, je calcule la moindre des choses que je vais faire : Que vais-je manger ? À quelle heure ? Et demain matin ? Est-ce que j’aurais des problèmes intestinaux ? Que dois-je faire la veille : glander ou me promener ? Bref, c’est un …

Run In Lyon : le compte-rendu de mon semi-marathon

Après vous avoir soulé avec mes publications Instagram suite à mon super week-end lyonnais en compagnie d’une belle brochette d’instagrammeurs, vous vous doutiez bien que j’allais revenir pour vous faire le compte rendu de ma course en elle-même. Je suis arrivée sur Lyon samedi en début d’après-midi afin de prendre mon temps pour me rendre à mon hôtel, me promener sur le village, récupérer mon dossard et visiter un peu les lieux que je connais si bien. Cela a également été l’occasion de rencontrer plusieurs personnes que je suis activement sur les réseaux sociaux et de faire de belles rencontres. Mais ce n’est pas l’objet de mon article 🙂 J’arrive donc bien à l’avance, contrairement à mon habitude, afin d’être zen et détendue et de repérer les lieux avant la course du lendemain : quelle distance de mon hôtel, est-ce que je prends les transports ou je viens en trottinant, l’accès du village est-il simple ou va-t-il nécessiter 3/4 d’heure d’attente, etc. J’en ai également profiter pour me renseigner sur le tracé du parcours : …

Compte rendu de course : La Parisienne 2016

Je vous en parlais il y a quelques semaines, le dimanche 11 septembre, j’ai participé à La Parisienne pour la toute première fois [« toute première fois, toute toute première fois »… ça y est, je commence mes conneries…] et c’était avec impatience que j’attendais le jour J, je compte donc bien vous casser encore un peu les pieds avec cette course 100 % féminine en vous faisant un petit compte rendu… Allez… Je suis sûre que vous adorez ça ! 🙂 Ce week-end avait donc lieu La Parisienne et c’était vraiment un grand moment de célébration dans Paris [pour les femmes du moins !]. Si je n’ai, pour ma part, pu assister qu’à la course en elle-même [bah oui, je ne vis pas sur Paris et j’avais un repas de famille le samedi midi, donc dur, dur…], du vendredi au dimanche, avait lieu tout un tas d’évènements sur le village de La Parisienne (situé, comme pour les 20 km de Paris, vers le métro « Ecole Militaire », non loin de la Tour Eiffel). Que vous passiez au village …

En route pour les 20 km de Paris 2016…

Je ne sais pas si vous vous rappelez, ni même si vous me suiviez déjà à l’époque mais l’année dernière, je n’ai pas hésité à vous crier mon amour pour les 20 km de Paris. Vous allez me dire : « Ouais d’ailleurs, on ne comprend pas trop pourquoi les 20 km de Paris plutôt que le Semi de Paris, par exemple« . Déjà, pour avoir fait les deux, je peux vous dire que le parcours est tout à fait différent, et puis, j’ai tellement adoré les 20 km de Paris, que le Semi n’avait pas la même saveur. En plus, côté organisation, il n’y a pas à dire les 20 km étaient au top ! Mais si cette course a une saveur particulière pour moi, ce n’est pas juste pour son parcours à travers Bois de Boulogne et quais de Seine, c’est surtout parce qu’elle est survenue de façon inattendue. En juillet dernier, il y a donc un an maintenant, je me suis blessée à l’adducteur et je n’ai pas pu courir de tout l’été. Tombée sur …

Pourquoi je veux courir La Parisienne ?

En 2 ans de pratique de running, je n’ai jamais fait de course 100 % féminine… Et je n’ai jamais fais de course ayant un véritable engagement. J’ai couru les courses connectées organisées par Running Heroes pour l’UNICEF (et une pour le Secours Populaire à mes débuts, si je me rappelle bien), mais je n’ai jamais couru pour la bonne cause, ensemble… Et pour inaugurer cela quoi de mieux que…La Parisienne ? Franchement, je ne vois pas… Cette année, La Parisienne se déroulera le dimanche 11 septembre 2016 sous le thème du Carnaval, ça annonce de très beaux déguisements (j’avoue, ne pas avoir pensé au mien… Introvertie comme je suis, je ne sais même pas si j’oserai porter un déguisement pour courir en plein Paris… Nous verrons bien dans les semaines qui arrivent). Il s’agit déjà de la 20ème édition et, comme toujours, cette course permet aux participantes de fouler les Champs Élysées complètement vides pour l’occasion (ouf, pas besoin de participer au Marathon de Paris pour avoir cette chance !). Rien que pour cette première raison, …

Et si pour une fois, on courrait pour les autres ?

Il y a quelques jours, j’ai découvert l’initiative de Kinder + Sport (vous aussi vous trouvez bizarre l’association du Kinder et du Sport ? :D) et son site Qui Court Donne. Le nom est très significatif : chaque kilomètre parcouru rapporte de l’argent ! Mais pas à vous… Bah non, autrement, ce n’est pas très altruiste comme principe… Plus vous courez, plus vous gagnez d’argent qui est reversé aux enfants aidés par le Secours Populaire français afin que le sport leur soit également accessible. C’est bien connu, le sport est facteur d’intégration sociale et en plus il permet à chacun de se sentir bien dans son corps mais surtout dans sa tête ; alors il est important que tout le monde ait la chance de pouvoir faire du sport s’il le souhaite. C’est l’optique même de ce premier mouvement solidaire connecté. Pour motiver encore plus les participants, Kinder + Sport s’associe à de grands noms du sport français afin de mettre en place des défis que nous devons relever. Actuellement, depuis le 19 mai et jusqu’au 1er juin, c’est …

Ma préparation pour le Semi-marathon de Paris

S’il ne s’agit pas là de mon premier semi-marathon, il s’agit bien du premier que je vais préparer. En effet, j’ai déjà fait le semi-marathon de Phalempin (Nord) le 21 juin 2015 mais j’y suis allée en freestyle, sans aucune préparation. En même temps, je me suis décidée à m’inscrire 2 semaines avant le jour J et je n’avais, alors, jamais couru plus de 10 km… Attention, surtout, je ne vous conseille pas de partir à l’aventure comme cela, moi, je suis un peu folle sur les bords et je pense que ces folies ne sont pas pour rien dans le fait que je me sois blessée, les deux semaines qui ont suivies cette fameuse course. Enfin bref, cette année, je vais courir le Semi-marathon de Paris, soit le 6 mars prochain. Et cette fois, j’ai décidé de m’y préparer. Il faut savoir que sans préparation, j’ai passé la ligne d’arrivée du semi-marathon de Phalempin en moins d’1h44 (1h43mn49sec pour être exacte) alors j’espère que la préparation va vraiment m’aider à battre ce record personnel. …

Mon planning sportif (de janvier à mars 2016)

Il paraîtrait que je suis stressée et que ce stress me causerait des bobos au bidou qui tirerait donc sur mes muscles et mes petits adducteurs. Et comme je souhaite aller bien sur tous les points – stop les douleurs aux gambettes et stop le stress – j’ai décidé de prendre le taureau par les cornes en chamboulant un peu mes habitudes. A quoi est dû le stress ? Plusieurs facteurs. Les problèmes personnels et les problèmes professionnels étant au centre. Mais…on l’oublie souvent, il y a également le manque de…sommeil tout simplement ! Et vous l’avez déjà remarqué, je me lève aux aurores depuis des mois, afin de faire mon petit sport au saut du lit. Est-ce vraiment une bonne idée ? J’en suis venue à me dire que…pas tellement en fait. D’une, parce que ça m’oblige à me lever à 6h du matin et donc à raccourcir mon temps de sommeil (je dors généralement 6 à 7h). De deux, mon chéri n’étant pas matinal, je lui coupe son propre sommeil et, au final, …