Dine & Move

By Mandise
Running | Sport

La Ch’ti Délire : ma première course à obstacles !

18 juin 2017

Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance d’être contactée par les organisateurs de la course à obstacles made in « Le Nooooooooord », à savoir la Ch’ti Délire qui m’a proposé de participer à l’édition « Les Illuminés du Marais » accompagnée de 5 de mes abonnés Instagram. J’ai vraiment pris ça comme une occasion en or, car à force de voir les photos des courses type The Mud Day ou la Spartan Race, ça faisait longtemps que je rêvais de franchir le pas de ma première course à obstacles
Mais jusqu’alors je n’avais pas été plus loin que d’imaginer y participer pour plusieurs raisons :

  1. Participer seule à ce type de courses n’est pas dans l’ambiance que je m’imagine. Je vais faire une course à obstacles pour me marrer, pas pour faire un chrono !
  2. Les courses que j’ai cité ci-dessous coûtent une fortune : entre 55 et 78 € pour la Mud Day, entre 59 et 79 € pour la Spartan Sprint (format court) ou encore entre 99 € et 119 € pour la Spartan Beast (grand format).
  3. Je suis une runneuse avant tout et j’avais tout simplement peur que les obstacles soient trop « durs » pour la « musclor en carton » que je suis…

Alors forcément là, toutes les conditions étaient réunies pour que je me lance : un team, une invitation et une course non chronométrée [c’est important pour que le mot « course plaisir » rentre dans la tête des gens]. Après avoir lancé un jeu concours sur Instagram, c’est donc Morgane, Charlotte, Mathilde, Pauline et Coraline qui m’accompagneront pour participer à La Ch’ti Délire de Saint-Omer ce samedi 17 juin 2017 ! Parmi la team, seule Pauline avait déjà participé à une course à obstacles, toutes les autres découvraient la discipline, comme moi. Nous étions, par contre, toutes sur la même longueur d’ondes : le plaisir avant tout, zéro chrono !

Toute la semaine, j’ai vraiment eu hâte de participer à cette course et j’ai fait attention de ne pas être courbaturée le jour J en me mettant au repos le jeudi et le vendredi précédant la course. C’était sans compter sur une belle insomnie dans la nuit du vendredi au samedi. Réveillée à 4h30 du matin, je n’ai jamais vraiment réussi à me rendormir et c’est donc après une nuit de 4h environ que je rejoins les premières filles de la team… Le rendez-vous est fixé à Lille dans l’un de mes endroits préférés : le Be Yourself ! On discute un peu de la course à venir mais surtout on mange : la course étant à 15h10 et le thermomètre affichant plus de 30 degrés, il est important de bien manger [pas trop non plus, pour éviter l’estomac trop lourd ou les incidents en cours de route…] et surtout de bien s’hydrater. A 12h30, en voiture Simone, direction Saint-Omer pour récupérer nos dossards et retrouver les deux dernières filles de la team sur place. A peine sorties de la voiture, on est déjà en train de cuire : heureusement, Morgane et Pauline ont pensé à la crème solaire indice 50 !

Une fois les dossards récupérés, on continue de s’hydrater et on va se poser à l’ombre en attendant notre vague de départ, la 8 ! A 15h, on se dirige vers la ligne de départ : le « présentateur » [je sais que ce n’est pas comme ça qu’on l’appelle, mais le nom exact m’échappe…] met une ambiance du tonnerre, ils nous fait rire et l’échauffement type zumba nous met bien en jambes. On kiffe déjà alors que nous ne sommes pas encore parties. Petite anecdote : 2 minutes avant le départ de la vague 8, le premier coureur franchi la ligne d’arrivée, sous une petite ola de notre part ! Et bam, nous voilà parti…

Comme prévu, on part tranquillement, on s’attend toutes car les rythmes sont différents, mais une chose est sûr : on démarre ensemble, on arrive ensemble ! C’était notre devise de team et j’y tenais beaucoup ! Au bout de 500m, le premier obstacle nous fait déjà face : un mur en rondins à franchir. Autant vous dire qu’avant de me lancer, je ne savais pas comment j’allais réussir à le monter puisque ce n’est pas quelque chose que j’ai déjà fait. Je me lance la première et arrive à gripper le mur, je ne descends pas tout de suite pour être un soutien pour les filles de la team en cas de besoin. Mathilde me rejoint, sans trop de soucis non plus et va servir de soutien avec moi pour les autres filles. L’esprit d’équipe et le soutien est déjà présent et pourtant nous ne sommes qu’au premier obstacle. J’apprécie déjà la mentalité de la course. Puis très vite, le second obstacle arrive, il s’agit de ramper sous des filets de pêche, en descente… Rien de bien compliqué, chacun sa méthode – sur le ventre, sur le dos, en mode canard, on y arrive tous assez facilement. On s’attend mutuellement dès que nous sommes arrivés au bout du filet, avant de se remettre en route.

Je ne me souviens plus de l’ordre ni même de tous les obstacles que nous avons franchi mais il y en a certains qui me sont restés en tête :

  • un sol de pneus en montée [vive les montées de genoux] ;
  • une pente de 50m à plus de 60° à grimper [avec ou sans la corde, et étrangement la corde rend la chose plus compliquée] ;
  • beaucoup de nages dans les marais [on avait pas pieds et l’eau était gelée mais étant donné la température extérieure, c’était des moments vraiment agréable pour moi] ;
  • beaucoup de montagnes de boue glissante à escalader ;
  • des filets de pêche à monter en hauteur [sur la fin, il y en a 2 qui sont particulièrement hauts d’ailleurs, mais on ne lâche rien] ;
  • des obstacles à franchir dans l’eau [j’étais la seule de la team à réaliser cet avant avant dernier obstacle – la température avait commencé à descendre et l’eau était vraiment froide – mais je me suis tellement marrée…] ;
  • une énorme botte de paille de 300 kg a retourner en team 3 fois de suite [le mec responsable de cet obstacle nous annonce que vu le poids, une seule fois suffit, on a dit que c’était hors de question et on l’a retourné 3 fois de suite, sans grosse difficulté]
  • beaucoup de murs en rondins, toujours plus haut [sur le deuxième du parcours, j’ai dû demandé l’aide d’un autre coureur après m’être explosé le sein gauche sur le mur ^^] ;
  • une bâche pleine de savon à descendre ;
  • des petits tunnels sous forme de toboggan à descendre, etc.

Il y a eu une trentaine d’obstacles et près de 14 km de course à pieds [contre 11 km annoncés]. On ne s’attendait pas à courir autant entre les obstacles, parfois il y avait 3 km entre deux obstacles, alors forcément runneuses que nous sommes toutes, nous étions heureuses. On a pu remarqué que les participants n’étaient pas forcément des runneurs, beaucoup marchaient et s’amusaient tout simplement, et c’est aussi une des choses qui nous a fait apprécié la course : la majorité des personnes présentes ne se prennent tout simplement pas la tête, ils sont venus rigoler ! Et donc, il n’y avait pas de problèmes quand on devait faire la queue 1/4 d’heure à un obstacle parce qu’il y avait foule : pas de chrono, on avait tout notre temps !

En résumé, je ressors de cette course, totalement heureuse et en gros kiffe pour tout vous dire : j’ai passé un super bon moment avec des nanas au top, dans un super bel environnement – entre ville et campagne, en nature, dans la boue et dans les marais – et avec une organisation vraiment au top du top. L’un des points forts de la course a été la sécurité a chacun des obstacles, il y avait toujours au moins deux personnes – par exemple sur les murs en rodins, il y avait toujours deux mecs en haut pour aider si besoin, dans l’eau il y avait toujours 2 à 3 maîtres nageur  – alors je dois dire vraiment un grand bravo à l’organisation. Juste un petit bémol à mes yeux : il n’y a eu qu’un seul ravito sur tout le parcours et étant donné la météo c’était à la limite dangereux… Heureusement il y avait les habitants qui sont sorties avec des jets d’eau et on a pu remplir notre unique bouteille d’eau avec ça mais c’était franchement limite, on était un peu déshydraté pour ne rien vous cacher…

Et pour conclure, je dirai que j’ai essayé d’être une bonne leadeuse de groupe alors j’espère que toutes les filles ont vraiment passé un aussi bon moment que moi et, je suis contente car j’ai tenu ma promesse avec une arrivée toutes ensemble, main dans la main ! On s’est même fait un petit kiffe en faisant un sprint de fin. Juste un peu déçu de ne pas avoir pu profité du ravito d’arrivée à savoir une bonne frite/saucisse de la friterie Sensas ! Pas qu’il n’y en avait plus mais seulement qu’on était « short » niveau temps pour les trains de Morgane et Camille. Mais à l’occasion d’une nouvelle excursion dans le Nord, Mesdemoiselle, je vous emmènerai manger un bonne frite ch’ti [cuite à l’huile classique Morgane, promis ! ^^].

Rendez-vous sur Hellocoton !
  1. Ton CR donne tellement envie de s’inscrire à une course de ce genre !! J’aime beaucoup l’idée de ne pas regarder le chrono : meilleur moyen de vraiment savourer sa course.

  2. Un super moment avec vous toutes et je ne saurais comment vous remercier de m’avoir tant aidé dans les obstacles à eau <3 Ça m'a beaucoup touché ! et Tu as été une leadeuse du tonnerre ma belle, présente, motivante ! Une journée que je n'oublierais pas de si tôt, et j'ai déjà hâte de revenir (pour te voir et pour les frites, oui oui oui ahaha)

    1. Reviens quand tu veux ma belle Morgane. J’ai été très heureuse de partager ce moment avec toi, c’était vraiment un truc de « team » et te compter dans ma team était top de chez top. Merci ma belle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :