Dine & Move

By Mandise
Humeur | Lifestyle

L’équilibre, le vrai…

21 février 2017

Après une longue absence de deux mois ici, je me décide enfin à reprendre du service. Et ce n’est pas avec un article sur le sport ou ma routine alimentaire, que je reviens. C’est plutôt avec une sorte de « billet d’humeur ». 2017 n’a pas commencé comme je l’aurais imaginé et beaucoup de choses sont venues chambouler mon quotidien, qui m’ont fait me poser les bonnes questions. Pour ces raisons, pendant quelques temps, j’ai un peu délaissé le sport et la bouffe « healthy » au quotidien ; je n’en avais tout simplement pas le temps et pas l’envie [oui parce que c’est quand même une question d’envie, puisqu’il paraît que quand on veut, on peut…] et, ce n’était tout simplement pas ma priorité.

Parfois quand on est enfermée dans sa bulle de « faire du sport à 100 à l’heure », « garder la ligne à tout prix », « avoir des abdos en béton », « être la meilleure version de soi-même physiquement », on ne se rend pas forcément compte que l’on passe à côté de beaucoup de choses. Jusqu’à il y a quelques mois, j’étais encore enfermée dans mon trip où finalement je me restreignais pour beaucoup de choses. Entre autres, pour diverses raisons, j’avais arrêté de faire la fête, j’avais arrêté de boire de l’alcool alors que j’adore les mojitos, hors de question de manger autre chose que ce que j’ai décidé et les fast-food étaient totalement rayés de ma vie… Bref, j’avais littéralement changé… Mais c’état ma vie pendant près de 2 ans…J’étais clean, mais finalement ça ne me rendait pas heureuse pour le moindre du monde. Bien au contraire, j’étais devenue une meilleure version de moi-même physiquement, mais question vie sociale, c’était devenu le néant : je ne faisais plus rien si ce n’est faire du sport, parler de sport, manger clean et parlais « poids ». En fait, j’étais devenue chiante et je n’étais plus vraiment moi. Et côté moral, ce n’était pas parce que j’étais plus mince et plus musclée, que j’étais finalement plus heureuse. Pour preuve, quand je suis descendue à 47 kg en 2015, je me trouvais toujours grosse et j’avais encore envie de perdre du poids… Mon obsession m’a rendu tout simplement malade… Sans crier garde… L’orthorexie s’est transformée en hyperphagie puis en anorexie… 

Je ne regrette pas du tout d’avoir fait ses choix, car ça m’a permis de prendre soin de moi et de me découvrir une véritable passion pour le sport. Mais, je regrette quand même que ces choix m’aient éloigné de mes amis, de ma famille… Je sais que j’ai raté de beaux moments, parce que j’étais têtue, totalement obsédée par tout ça et incapable de faire une « pause » pour profiter sans me prendre la tête. En plus, quand on me connaît depuis longtemps, je peux vous dire que le changement que j’ai opéré a été un véritable choc. Moi, la pile électrique, fêtarde comme jamais, qui ne dit jamais non à un moment avec ses amis… J’étais toujours une petite pile électrique, devenue une sportive, un coup trop fine, un coup trop musclée, qui ne faisait que ça de sa vie et ne parlait que de ça… Mais aujourd’hui, je sais que je suis tombée dans ce mode de vie pour échapper à d’autres problèmes plus personnels, c’était une façon de les oublier, de ne pas les voir ; en occupant mon esprit, je n’y pensais tout simplement pas. Mais finalement, tout ça n’a pas fait disparaître mes problèmes qui étaient vrais et il a fallu que j’ouvre les yeux et que j’affronte la réalité… Et finalement, ouvrir les yeux m’a fait me rendre compte que je m’étais totalement plantée et que je m’étais perdue en chemin, je n’étais tout simplement plus moi.

Il y a quelques semaines, j’aurais dit que j’avais trouvé mon « équilibre sportif » ou mon « équilibre alimentaire » mais finalement est-ce le plus important ? Le véritable bonheur c’est de trouver son équilibre tout court, dans la vie de tous les jours. Ce que je souhaite vous transmettre dans ce billet sans queue ni tête, c’est que vous pouvez avoir envie de garder la ligne, avoir envie de faire du sport et de performer dans votre domaine sportif et avoir une vie à côté, une vraie vie. Il ne faut pas que la bouffe healthy ou le sport devienne votre vie ou même le centre de votre vie. Le sport, la bonne bouffe, ce sont des façons d’être mais ce n’est pas la seule bonne façon d’être. Il faut savoir faire la part des choses. Ce n’est pas parce que vous faites du sport, que vous ne pouvez plus faire la fête. Ce n’est pas parce que vous mangez bien 90 % du temps, que les 10 % restants où vous allez boire une bière, manger du fromage ou même un kebab vont vous empêcher de garder la ligne. En fait, ce qui est malsain, c’est de croire que l’on ne peut pas faire tout ça en même temps et que l’on doit « s’empêcher de » pour notre bien-être. Après tout, j’ai 26 ans, si j’arrête de faire la fête et de profiter avec mes amis aujourd’hui, quand est-ce que je pourrais le faire ? Quand j’aurais 40 piges et des gosses ? Je ne pense pas…

Alors, j’ai décidé d’arrêter de passer à côté de ma vie. J’ai décidé de profiter sans me prendre la tête, sans culpabiliser pour un oui ou pour un non, d’arrêter de me poser un tas de questions. Si j’ai envie de boire des bières avec mes amis au point de ne plus me souvenir de ma fin de soirée, qu’est-ce qui m’en empêche ? Si je veux faire du sport à outrance, je le fais. Si je n’ai pas envie de courir alors que j’ai un marathon à préparer, je ne le fais pas. Si je n’ai pas envie de faire de sport pendant une semaine, ce n’est pas un drame, ça reviendra la semaine d’après. Si mes amis/ma famille me proposent d’aller manger au restaurant et que je n’ai pas envie de manger de la salade, et bien je prends un vrai plat et pas forcément avec des légumes verts alors que j’ai envie de bonnes frites. Si j’ai envie de manger de la soupe tous les soirs, je ne m’en prive pas en me disant « Oui mais il faut des protéines aussi et ci, et ça… ». Et même…si je n’ai pas faim, je ne mange tout simplement pas ! Pourquoi se forcer à faire les choses ? Pourquoi essayer d’être une personne que l’on ait pas vraiment juste pour essayer de plaire à d’autres ? Selon moi, quand on se force à faire quelque chose, ce n’est pas avoir trouvé un équilibre… Bien au contraire, l’équilibre, c’est quand on vit sans se prendre la tête, qu’on se sent bien du matin au soir et que l’on est heureux. Que ce soit avec une haltère ou une bière la main, avec une carotte ou un hamburger sans son assiette. C’est en tout cas ma définition de l’équilibre.

En fait, j’ai décidé de vivre tout simplement et depuis que j’ai pris cette pseudo décision… Je me rappelle enfin ce que c’est d’être heureuse. Et putain, qu’est-ce que c’est bon, j’vous jure ! Ça fait quelques semaines que j’ai l’impression de revivre, je suis constamment contente en fait… A en avoir mal aux zygomatiques…  Cela fait des années que je me cherche, que je cherche à m’imposer des choses « pour mon bien » et finalement, je pense que je me suis enfin trouvée, que c’est ça que je veux et que c’est ça qui me donne le smile.Parfois, il est bon d’éteindre l’interrupteur de son cerveau, de ne pas réfléchir 24h/24 et de tout simplement vivre pour soi… Je sais que certaines personnes ont essayé de m’ouvrir les yeux par le passé, mais vous savez ce que l’on dit : le déclic ne peut venir que de soi-même ! Et ce jour est enfin arrivé pour moi…

Enfin voilà, encore un billet d’humeur qui fait 2m de long alors que je pensais écrire à peine 10 lignes. Sûrement un billet qui étonnera, qui vous donnera le smile, vous fera du bien ou au contraire, vous énervera ou vous rendra triste [pour ces personnes, j’en suis vraiment désolée]. Mais c’est un billet plein de sincérité, un peu brouillon, mais vraiment sincère…

Rendez-vous sur Hellocoton !
  1. En lisant ton article, je me retrouve il y a quelques années… (bon d accord, pas sur l alcool car je n ai jamais arrêté ^^). Non plus sérieusement, le fait de se priver, les frustrations, aller courir avant ou après être allé au restaurant, les longues heures de sport le soir après les looongues et interminables journées de travail… et j en passe !
    C est une excellente chose pour toi de te retrouver, et suuuuurtout TE faire plaisir !
    Tu es au top, physiquement je suis épatée. Et les marathons…j aimerai en faire autant !!!

    1. Oh…Ça me touche beaucoup que tu prennes le temps de me laisser un petit commentaire ma belle Juliette.
      Je ne savais pas que tu étais passée par cette phase. Comme quoi, on ne voit jamais vraiment tout. Mais tu traduis exactement ce que je cherche à dire…
      J’avoue que ça fait du bien le lâcher prise… Finalement, les trois dernières années que j’ai passé n’ont pas été les années où j’ai été la plus heureuse. Ça a été plus dur que sympa la plupart du temps. Et ça ne m’a pas empêché d’être triste en plus de ça… Même quand j’étais descendue à 47 kg, je me trouvais toujours « trop grosse »… Je pense que les « mauvaises habitudes » nous aveuglent parfois. Mais heureusement, on jamais aveugle trop longtemps, ou si c’est le cas, nos amis sont là pour nous forcer à ouvrir les yeux. J’ai gâché tellement de bons moments et même perdus tellement de mes amis durant ce passage à l’extrême, que je suis contente d’en avoir terminé avec ça.
      Bref, ton message me fait du bien. Merci <3

      PS : Je pense qu’un jour, tu seras LARGEMENT capable de te lancer pour courir un marathon ! J’y crois.

  2. Oh ce post est juste top, je me retrouve dans tout ça, ma rupture, mon divorce m’ont fait également prendre conscience de tout ça, il faut avoir le juste milieu entre les sorties, le sport et la bouffe!

    Aujourd’,hui je suis bien plus heureuse qu’il y a un an ! ça fait du bien de se lâcher, de profiter de la vie et NON, nous ne sommes pas vieille, c’est maintenant qu’il faut profiter de la vie, sinon à 40 ans les regrets seront présents!

    Je t’embrasse ma belle, on se voit très vite autour d’un verre 🙂

    1. Je pense qu’on a tous besoin d’un instant phare, bon ou mauvais (souvent mauvais malheureusement) pour avoir le déclic. Mais j’ai bien vu que tu essayais de te détacher de tout ça et finalement comme ça te va bien/mieux. Je suis heureuse de savoir que tu es plus heureuse qu’il y a un an, c’est bon à savoir. Et je t’encourage à toujours aller dans ce sens, ça ne pourra qu’aller toujours mieux.
      Quand tu veux pour aller boire un verre, se faire un resto and co. Coraline m’en parlait hier en plus 🙂 Faut se programmer ça !
      Gros bisous.

  3. Coucou la plus belle,

    Je suis très fière de toi, j’ai adoré cet article. Je suis contente que tu sois enfin heureuse comme tu le souhaites ! Je reviens vers toi en mars pour qu’on aille se la faire cette bouffe entre girlz. En tout cas, je te tire mon chapeau Des bisous

    1. D’abord, plus belle toi même !
      Ensuite…j’avoue que toi ça doit te faire bizarre mdr ! Tu m’as quitté j’étais à fond dans mon régime/sport/régime/sport et là bah…j’ai arrêté d’être extrémiste ^^
      Et yes, envoie moi un message sur Facebook/Insta (je pense que tu as mon ancien numéro de téléphone) pour qu’on se capte vite ! On pourra aller se boire des bières avec Zélie et Clément par exemple (c’est ce qu’on a ENCORE fait hier soir ^^).
      Bisous ma stagiaire d’amour !

  4. Bonsoir Amandine,

    Merci pour ce très bel article, bien écrit comme toujours. Que ce soit lié à un TCA, du sport ou quoi que ce soit, il y aura toujours des personnes pour dire/critiquer « tu étais mieux avant », « on ne te voit plus », « arrête », etc. Se renfermer dans sa routine sportive et alimentaire fais du bien et donne le sentiment de se protéger des personnes toxiques. Pas facile dès lors de trouver un équilibre dans tout ça. Bravo pour ton courage, aborder ce qui te plait de manière plus sereine et surtout de faire face à la personne la plus dure envers toi-même : toi! Bonne continuation et savoure cette légèreté retrouvée.

    Loraine, une fidèle lectrice depuis deux ans

  5. J’ai eu l’impression de me lire….. Du moins, au début, car je l’avoue, j’ai moi aussi beaucoup de mal à profiter de la vie.
    Après être tombée dans la dérive orthorexique du « jamais de gras, de sucré », j’ai baissé la garde mais je m’oblige en semaine à maintenir une hygiène de vie irréprochable. Les week-ends sont désormais des moments de relâche mais actuellement, je m’astreins à une alimentation et à une rituelle sportive telle que ces fameuses fins de semaine sont un peu trop des moments de relâche. Je suis tiraillée entre le maintien d’une restriction et le lâchage complet.
    Et en semaine, impensable de me faire plaisir en extérieur. Le soucis est qu’actuellement, je vis une période très stressante (démission, préparation de concours et crainte de ne plus avoir d’emploi), conjuguée à une obligation de maintien physique. Tout le monde (surtout mon conjoint) me dit de lâcher la pression mais j’ai une telle peur de grossir que je n’y arrive pas. Et pourtant, j’y gagnerais ! A être moins relou, moi la fana des pauses goûter gourmandes et des bons plats de pâtes à l’italienne….
    J’aimerais en arriver à votre stade. J’espère avoir un déclic très vite ! A 30 ans il serait temps ! La vie est tellement courte.

    1. Ah l’orthorexie… C’est franchement une TCA moderne et je pense que les réseaux sociaux et l’engouement pour le bien manger et faire du sport toujours plus de sport n’a pas aidé… Mais je vois que tu fais en sorte de sortir de cette spirale infernale et j’espère vraiment que tu sauras de dégager de cette culpabilité qui semble encore te toucher parfois. On mérite tous de se sentir bien, sans avoir besoin de se mettre nous-même des bâtons dans les roues. Tu aimes les goûters gourmands ? Arrête de t’en passer et mange-en quand tu le souhaites. Tu aimes les pâtes ? Ce n’est pas le diable alors pourquoi se passer de nos copines les carbonara ? Bref, je te comprends et je ne peux que te soutenir. Vivement que le déclic soit total pour toi. Tu verras, tu te sentiras comme…libérée. En attendant, courage !

  6. Hello mademoiselle,

    Juste un petit passage pour te dire que…

    Pour te dire merci en fait.

    C’est juste fou.

    Moi aussi depuis maintenant près d’un mois « rien ne va plus », tout ce que je pensais acquis, l’équilibre que je pensais avoir trouvé a été remis en question.
    Et j’ai eu (et j’ai encore d’ailleurs, car une partie de moi lutte encore…) une grosse période de déprime de me voir comme ça « me laisser aller », être « inactive », me sentir « nulle », m’énerver contre moi-même d’être incapable de me motiver.

    Je n’arrivais pas à reprendre le rythme, et je ne comprenais pas pourquoi.

    Et je crois qu’en fait la réponse est toute simple : si je n’arrive pas à reprendre le rythme, c’est peut-être que je n’en ai pas envie, que ça ne me correspondait pas tant que ça.
    Et qu’il faut donc simplement que je regarde enfin, les choses en face, que je sois sincère avec moi-même et que je reste intègre , que j’arrête de me voiler la face avec mon « équilibre parfait ».
    C’est juste très dur cette étape d’acceptation. Accepter de ne pas s’y retrouver dans cette « vie parfaite ». D’autant plus quand on a « réussi à tenir cet équilibre » pendant une longue période. Car on se dit « mais j’en suis capable puisque je l’ai fait pendant tout ce temps ! Alors qu’est-ce qui m’empêche de continuer ? Je n’ai aucune excuse ! »

    Le choix des mots parle de lui-même : « réussi, capable, excuse »… Ça montre bien que derrière tout ça il y a cette vilaine notion de CONTRÔLE à l’extrême.

    Non mais sérieusement, est-ce qu’on a besoin de se trouver des excuses pour ne pas manger « healthy », pour annuler une séance de sport… Pour vivre, quoi !?

    Voilà, je retourne me morfondre au fond de mon lit le temps que mon cerveau accepte de lâcher prise…

    1. Lolie… ne te morfonds pas dans ton lit. Vraiment essaye de te relever, de sourire, de lâcher prise et d’être heureuse.

      Le véritable équilibre n’est pas quelque chose que l’on s’est imposé et qui est juste devenue une habitude. Le véritable équilibre finalement c’est de faire les choses quand tu en as vraiment envie / besoin. Tu fais moins de sport qu’avant ? Eh alors ? Tu en fais, c’est déjà top non ? En plus, il paraît qu’il n’est pas utile de faire plus de 3 séances d’une heure par semaine, alors ne culpabilise pas. Vraiment… En plus, ce type de période est, comme ça s’appelle, une période et ça a une date de fin, ça va passer et tu referas plein de sport quand tu en ressentiras l’envie / le besoin.

      J’ai vraiment hâte pour toi que tu arrives dans cette phase d’acceptation car tu te sentiras vraiment libérée d’un poids. Je sais que ça peut être long et que le déclic peut se faire attendre, alors sois patiente, car il viendra et il ne viendra que de toi. Un jour, tu te rendras compte que tu ne veux plus vivre de cette façon, que tu veux juste sourire sans te prendre la tête et profiter de la vie en faisant les choses que tu as envie de faire.

      Et je suis tellement d’accord avec toi lorsque tu dis que finalement, quand on voit le vocabulaire qu’on a tendance à employer, notamment sur les réseaux sociaux, « réussi, capable, excuse », on se/nous pousse à culpabiliser. Non, rater une séance de sport ce n’est pas un échec. Non, ne pas pouvoir aller à une séance de sport, ce n’est pas une excuse. Et non, manger un fast food, ce n’est pas être incapable de tenir une diète. Non, stop à toutes ces façons de parler et d’essayer de faire culpabiliser les gens. Finalement, quand tu rates une séance de sport, ta fierté c’est de te dire « c’est pas grave ». Quand tu ne peux pas aller à une séance de sport, ta fierté c’est de te dire « c’est pas grave, j’irai demain si j’en ai envie ». Quand tu manges un fast-food avec tes amis, ta fierté c’est de profiter de la vie et de ne pas te prendre la tête. C’est mon crédo…voir le positif là où la majorité des gens y verrait du négatif.

      Je te souhaite plein de courage ma belle et je suis navrée d’avoir écrit un deuxième article en te répondant à ton commentaire ^^

  7. Tout est dit.. Profitez de la vie, savoir concilier toutes les choses qu’on aime pour être heureuse. Agir selon ses envies c’est ce qui nous fait vivre sainement je pense. Les erreurs nous font avancer et nous permettent d’être là où nous sommes aujourd’hui. Très bel article en tout cas !

    1. C’est ça, je pense qu’on a tous une mauvaise définition du mot « sain ». Car une vie saine n’est pas une vie où on s’impose des choses sous prétexte que c’est mieux pour garder la ligne, c’est mieux pour ci ou pour ça… Une vie saine c’est une vie qui vient à nous naturellement et dans laquelle on s’éclate, on vit… Alors c’est sûr, ce n’est pas toujours facile, il y a toujours des hauts et des bas, mais il faut lâcher prise. Définitivement. Et je n’entends pas le lâcher prise par faire n’importe quoi mais plutôt par faire ce que l’on souhaite…
      Merci beaucoup pour ton petit commentaire en tout cas.
      Bonne soirée ma belle.

  8. Un article parfait, qui explique un peu mieux cette absence, mais j’avoue que je m’en doutais 😉 Comme toi j’ai en ce moment cette… « ce tilt » dans la tête, même si moi je n’ai jamais été fêtarde, je me rend compte que j’étas dans un ultra perfectionnisme qui au final, me mettait presque en danger face à la vie « normale » Mon arrêt forcé de sport m’a pas mal chamboulé et remis en cause des choses que je pensais acquises. Et doucement j’ouvre les vannes, je retire les liens que je m’étais mise et doucement, je retrouve cette liberté un peu éteinte… 🙂
    alors là-dessus je te suis à 100% 😉

    1. Ma Morgane ! C’est en partie la raison de mon absence, en tout cas, tout est lié. J’avais besoin de prendre le temps pour moi, de me poser les bonnes questions pour me retrouver. Parce que parfois on se perd, sans même s’en rendre compte.

      Je comprends ton moment de « doutes » et de difficultés à faire face à tout cela. Je sais que tu es confrontée à une situation embêtante qui fait que tu dois « adaptée ton quotidien ». Mais je sans aussi, et peut-être plus que toi d’ailleurs, que tu es une fille forte et que tu vas y arriver. Parce que finalement, quand on lâche prise et qu’on est pas dans le contrôle et l’analyse permanente, on est tellement plus heureuse… Comme s’il y avait un poids en moins.

      Je te souhaite plein de courage et je compte bien ne pas de lâcher mon poussin ! <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :