J'ai testé

Adopte un Arbre avec Pink Lady

3 décembre 2019

Pour ceux qui me suivent sur Instagram, vous avez peut-être remarqué, tout long de l’année 2019, plusieurs références à Pink Lady et même quelques voyages presse… Mais pourquoi au juste ? Pas seulement parce que les Pink Lady sont les seules pommes que j’aime croqué (si, si j’vous assure, ce sont les seules assez sucrées qui me plaisent, sans avoir besoin de rien ajouter d’autres), non, non non ! C’était surtout l’occasion de promouvoir la première édition de l’opération Adopte un Arbre de la marque, d’en apprendre plus sur la production de pommes et d’aller à la rencontre des producteurs français !

Adopter un arbre ? Mais qu’est-ce que tu racontes Pink Lady ?

La découverte des pommiers plein de fruits (Octobre 2019)
© Camille Marie – @vavoirhigher

Plutôt qu’adopter, je dirais plutôt parrainer en vérité ! Cette année, Pink Lady offrait à qui le souhaitait la possibilité de parrainer un pommier, c’est-à-dire de lui donner votre nom le temps d’une saison ! Toute l’année (d’avril à novembre), on pouvait suivre l’évolution de notre pommier, ainsi que le travail des producteurs du verger où il se trouve, à travers des petites nouvelles et des photos envoyés par les producteurs eux-même. Mais surtout, en fin de récolte, nous avions la grande joie d’aller cueillir les pommes de notre arbre !

Ainsi, pour « adopter mon pommier« , Pink Lady m’a invité à Bessay, en Vendée (je vous laisse visiter le site de la Cueillette de Mareuil, où nous sommes allés). Plus que de donner mon nom à un joli petit arbre, c’était surtout l’occasion de rencontrer les producteurs Pink Lady, de découvrir toute la biodiversité des vergers (dont les petites abeilles pardi !) et de se régaler lors d’un déjeuner autour de la pomme 🙂

L’opération a duré tout au long de l’année ! En avril, d’abord, je me suis rendue dans les vergers pour aller déposer une petite pancarte en bois avec mon nom, pour dire « Eh coucou, je suis la marraine de ce joli pommier !« . Bien sûr, ceux et celles qui souhaitaient participer à l’opération sans avoir la possibilité de se rendre dans les vergers (c’était peut-être pas prévu au programme !), Pink Lady faisaient produire des pancartes avec le nom des parrains et marraines et les producteurs eux-même étaient chargés de déposer celles-ci sur les pommiers Pink Lady. Puis, fin octobre, j’ai eu l’occasion de retourner dans les beaux vergers de Vendée pour aller prendre des news de mon coco l’arbre Pink Lady et surtout aider les producteurs à la cueillette pour repartir avec un tas de Pink Lady dans ma valise (pour le plus grand plaisir de mon petit estomac). A savoir que chaque parrain / marraine pouvait repartir avec 7kg de pommes chacun ! Il y a de quoi se faire plaisir… 🙂

A la découverte de la marque Pink Lady

Cueillette Pink Lady dans les Vergers de Vendée
© Camille Marie – @vavoirhigher

Pour la marque, cette opération avait pour but de faire connaître les valeurs et les engagements responsables de la marque. Tout d’abord, on a pu découvrir la qualité du travail des pomiculteurs : chaque étape, de la taille à la récolte, est réalisée à la main pour optimiser l’ensoleillement des fruits et leur permettre de développer pleinement leurs arômes. Et du travail, il y en a car les pommes Pink Lady ont besoin de 7 mois sur l’arbre (d’avril à novembre) pour mûrir et développer tous ses arômes. C’est ainsi la variété qui présente la plus longue période de maturité pour que s’expriment toutes ses qualités. On se demande après pourquoi c’est la meilleure tiens !

Si pour être commercialisées, les Pink Lady doivent avoir un certain calibre et une certaine couleur, il faut savoir que la marque s’engage au maximum vers une logique de « zéro gâchis« . Par exemple, les plus petites pommes, parfaitement adaptées à la main et à la bouche des enfants, sont commercialisées sous la marque PinKids, les autres sont destinées à la cuisine, sous la marque Miss Chef. Mais ce n’est pas tout : les pommes qui ne répondent pas aux exigences des différents cahiers des charges sont utilisées en industries de transformation alimentaire pour la fabrication de jus ou de compotes notamment. Et pour les pommes qui ne sont pas consommables, elles sont destinés à l’alimentation animale, la fabrication de compost ou la fertilisation des sols, tout simplement ! En d’autres termes, on s’y retrouve tous et on fait le moins de gâchis possible !

Bref, ce sont des valeurs dans lesquelles je me retrouve dans la vie de tous les jours et c’était du coup une expérience encore plus appréciable 🙂

Pink Lady, une belle expérience

Les pommes et moi, ça a longtemps été une histoire de haine… Je ne sais pas pourquoi, je n’ai pas aimé ça pendant très longtemps… C’est seulement en arrivant à Lille, quand j’ai du me débrouiller par moi-même pour faire mes courses, que j’ai (re)découvert les pommes en découvrant la Pink Lady ! Ce que j’apprécie dans les Pink Lady c’est qu’elles sont toutes douces et naturellement sucrées, aussi bien en collation simple, qu’au four avec quelques autres petites fioritures. Bref, ça m’a réconcilié avec les pommes, et mieux encore car la pomme est aujourd’hui l’un de mes fruits préférés (y’a pas à dire, c’est aussi le plus pratique à transporter dans un sac !). Bref, forcément j’avais déjà un très bon avis de la Pink Lady !

#PinkLadyFamily
© Camille Marie – @vavoirhigher

Eh puis, j’ai découvert les dessous de la production des Pink Lady (en France !) et je dois dire que j’ai été conquise. D’abord la marque et l’agence sont extra, j’ai passé de super moment avec la #PinkLadyFamily ! J’ai appris beaucoup de choses sur les pommes, la production, la récolte… Tout simplement, parce que lorsqu’on se retrouve au coeur d’un verger avec des producteurs passionnés qui vous parlent pendant des heures de leur travail qui leur plaît un max, forcément on écoute et on se passionne. J’en ai même beaucoup appris sur nos amis les abeilles (d’ailleurs, Pink Lady a également lancée l’opération #BeePink à ce sujet), c’est dire…

Tu dois te dire que j’te parle un peu tard de cette opération, mais à dire vrai, je voulais en faire un article à la toute fin pour vivre l’opération de A à Z d’abord… Eh puis, comme ça, maintenant t’es averti bien en avance pour la prochaine édition 😉
Du coup bah…RDV en avril 2020 du coup !!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.